Miniatures

Ce qu’en dit la critique

  • « José Navas se taille un fort intéressant parcours entre pièces de groupes éprises de mouvements et soli intimes au plus près des tripes de l’interprète. » Rosita Boisseau, Télérama, Paris, 2011
  • « Une soirée vibrante d’émotion livrée par un artiste dépouillé de tout artifice et totalement dédié à son art. » Dance International Magazine, Vancouver, 2009
  • « C’est un artiste qui séduit et gagne le public par son incroyable et subtile technique, mais aussi par son charme et sa sincérité dans la manière d’exposer sa vie. » Irish Times, Dublin, 2008
  • « Langoureux, extatique, charnel, filial, parodique, déséquilibrant, lumineux […] Une interprétation sublime. » La Presse, Montréal, 2008
  • « Simple, mais ô combien sublime. […] Less is more, a-t-il compris. » Le Devoir, Montréal, 2008
  • « Miniatures offre des images fortes et foisonnantes, une sophistication, des registres contrastés et une communion spontanée entre un créateur d’exception et un public attentif. En somme, un moment d’intimité à ne pas rater. » Voir, Montréal, 2008
  • « Avec son habituelle précision géométrique, irrémédiablement virtuose, il ne se donne pour ainsi dire pas en spectacle. Il se livre. […] Navas comme on ne l’a jamais vu. » Dfdanse, Montréal, 2008
  • « C’est plein de moments absolument fabuleux, d’une grande poésie […] On tombe amoureux de la danse contemporaine à coup sûr en voyant ce spectacle. » C’est bien meilleur le matin, Radio-Canada, Montréal, 2008
  • « C’est à la fois ciselé et émouvant, ce qui est rare. […] Pour la première fois de ma vie, j’ai vu un visage danser. » Je l’ai vu à la radio, Radio-Canada, Montréal, 2008

Un autoportrait sous forme de mosaïque impressionniste

Avec Miniatures, spectacle créé en 2008, José Navas renoue avec la passion du solo et se révèle dans toutes les nuances et les subtilités d’un danseur mature. Exposant la fragilité du soliste qui met son âme à nu, il invite le public à une rencontre intime avec l’artiste et avec l’homme dans un dévoilement inédit de son histoire personnelle et de ses amours en sept courts solos sur des musiques choisies. Un des spectacles les plus romantiques du répertoire de Compagnie Flak. Touchant et vivifiant.

Quelques mots du chorégraphe

La première fois que j’ai vu une soliste, c’était Risa Steinberg, au tout début des années 80. Elle interprétait des créations d’Isadora Duncan et autres pionniers de la danse moderne. Ébloui, je sentis naître mon amour pour la forme du solo et le désir d’en créer inspira mes premiers essais chorégraphiques. Interpréter un solo, c’est comme chanter a cappella: le danseur s’expose totalement. Et s’il ne s’engage pas corps et âme, c’est l’échec.

En peinture, les miniatures sont des représentations extrêmement détaillées de la réalité sur de minuscules formats. L’œil n’y voit d’abord qu’un amoncellement de couleurs puis, en s’approchant, il découvre un paysage surprenant, tout un monde. Ainsi, Miniatures est faite de paysages gestuels surgis du fond de ma mémoire. Souvenirs furtifs d’histoires d’amour ou de désir charnel. Après plus de 25 années passées à danser, à l’heure où mon corps accuse de plus en plus le passage du temps, je réaffirme avec cette œuvre ma passion pour le solo et renouvelle mon désir d’en créer. Quels que soient mon âge et les conditions de création.

Crédits

  • Chorégraphe et interprète : José Navas
  • Musique : Jean-Sébastien Bach, Vincenzo Bellini, Frédéric Chopin, Claude Debussy, George Gershwin, María Grever, Antonio Vivaldi (détails)
  • Répétitrice : Ami Shulman
  • Éclairages : Marc Parent
  • Costumes : José Navas/Compagnie Flak
  • Durée : 60 minutes
  • Première mondiale : 23 octobre 2008, Agora de la danse (Montréal, Canada)
  • Photos : Valerie Simmons et Michael Slobodian

Miniatures est une production de José Navas/Compagnie Flak en coproduction avec l’Agora de la danse (Montréal, Canada).